images
C’est au XVe siécle que débute en Italie une énorme floraison artistique qui propose une nouvelle conception de l’art qui touchera toute l’Europe.
La Renaissance, inspirée de l’Humanisme, place l’homme et la nature au centre de ses préoccupations.
Si ce mouvement annonce la fin du Gothique et se signale par un nouvel intêret pour les œuvres gréco-romaines, il ne se veut pas seulement une imitation de l’Antiquité mais une véritable révolution philosophique et technique dans l’histoire de l’art européen.
L’homme appréhendé dans une perspective humaniste est au cœur des productions artistiques, comme le peindra Michel-Ange dans la chapelle Sixtine à Rome. La religion chrétienne est toujours source d’inspiration, mais on représente aussi des scènes de la mythologie païenne comme le fait Le Titien ou bien encore des philosophes grecs, comme le démontre Raphaël dans "L’école d’Athénes".
A Florence, des architectes et des peintres à la suite de Brunelleschi mettent au point la perspective : il s’agit de voir clairement les sujets en trois dimensions sur une surface qui n’en a que deux et de respecter les proportions naturelles, préoccupations mineures dans l’art médiéval.
Les progrés de la métallurgie facilitent la réalisation de colossales sculptures comme celles de Donatello.
En peinture, l’utilisation de l'huile qui, mêlée aux couleurs, les fixe plus vite, permet des effets de contraste ombre / lumiére.
Léonard de Vinci emploie la technique du sfumato ( effet obtenu par la superposition de plusieurs couches de peinture très délicates ) qui donne à ses tableaux une ambiance vaporeuse et des effets de profondeur.
Cette effervescence artistique n'existerait pas sans le soutien de mécènes enrichis par une activité économique en expansion. Ils passent des commandes précises aux artistes, qui sont souvent à la fois peintres, sculpteurs et architectes.
Ainsi Michel-Ange exécute les sculptures du tombeau des Médicis mais aussi le plan du dôme de Saint-Pierre de Rome.
Les plus grands artistes voyagent dans toute la péninsule, à Rome transformée par les travaux des papes, mais aussi par exemple en Vénitie embellie par les villas de Palladio.
Les artistes italiens vont travailler pour certains souverains étrangers, comme François Ier.
La Renaissance touche l’Europe entière. Le peintre flamand Van Eyck ( instigateur de la peinture à l’huile ), le sculpteur français Goujon ou le graveur allemand Dürer en sont des exemples.